L’API, la colonne vertébrale de l’agilité

L’API, la colonne vertébrale de l’agilité

Quand on veut proposer un service digital innovant à ses clients et utilisateurs, il est primordial de proposer de la Valeur que ce soit dans une application web, sur Mobile ou à travers d’une interface conversationnelle. À l’heure du Big Data, il est assez clair pour tout le monde que la Valeur réside dans la Data.

 

Toutes les entreprises récupèrent de plus en plus de données. Elle n’est pas toujours utilisée à sa juste valeur. On la collecte, on l’analyse parfois mais on ne l’expose pas toujours aux services digitaux.

 

Les entreprises récentes construisent leur business autour de cette data et la rende disponible avec des APIs. Les plus innovantes et les plus ouvertes construisent même leur API au sein même de leur service.

Prenons l’exemple de la société Xee.  Elle propose de rendre sa voiture connectée via un petit boitier que l’on branche sur la prise diagnostic et de pouvoir avoir des informations via une application mobile. La plus-value de cette société c’est qu’elle a conçu son service ouvert afin que des services tiers puissent exploiter ses données au travers d’une API ouverte. Ainsi cette société a créé un écosystème autour de son produit et profite de prescripteurs pour leur produit. Par exemple, la société TheBotStudio propose un service conversationnel qui permet de parler à sa voiture par l’intermédiaire de ce boitier Xee. Ce service s’appelle TalkToMyCar et il est disponible sur Facebook Messenger mais aussi sur Alexa en Anglais et bientôt sur Google Assistant.

 

Toutes les sociétés, et surtout les grands groupes ne peuvent pas exposer leurs données au public ou à des sociétés tierces. Il semble évident qu’un constructeur automobile ne va pas rendre disponible les données collectées sur leurs voitures connectées. Mais en revanche, elles doivent le faire en interne, au service de l’innovation. Si ces données ne sont pas disponibles à d’autres services, et notamment au pôle innovation de ses grands groupes, comment proposer de nouveaux services et de nouvelles interfaces innovantes.

 

Les grands groupes historiques sont pénalisés par rapport aux entreprises récentes. Elles doivent faire avec leurs actifs historiques : leurs systèmes d’informations historiquement hébergés sur des sites centraux, les solutions logicielles ERP installées, … Il est difficile de faire discuter tous ces briques technologiques historiques afin de proposer un point d’entrée unique à ces données via une API unique.

 

Certes les solutions logicielles utilisées fournissent petit à petit des points d’entrée via une API. Mais chacune de ces interfaces propose une authentification qui lui est propre. Alors quand il s’agit de réaliser un nouveau service qui utilise des données de différents systèmes il se doit gérer de nombreuses authentifications distinctes avec souvent des protocoles différents.

 

Un travail de fond dans les grands groupes doit être fait pour offrir une API unique avec une authentification unifiée de type OAuth2. Il y a sans doute de belles opportunités pour de jeunes pousses et freelances pour aider les grands groupes à traverser cette première étape de la transformation numérique.

 

Et vous ? Quelle est votre expérience quant à ces données et ces APIs ?

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :